13-12-10

Jo Van Deurzen, Stefaan De Clerck: problemen met briefwisseling

 

DeClerck1.jpg

ARCHIEF

Brussel, 8.9.2008 Ik nam, als voorzitter van de vzw Werkgroep Morkhoven, vandaag omstreeks 12u. telefonisch contact op met het kabinet van justitieminister Vandeurzen (CD&V, christen-democraten). Kabinetsadviseur Stas die verantwoordelijk is voor de gevangenismaterie, zei mij dat hij de aangetekende brief van Prinses de Croÿ ‘niet had ontvangen’ en dat deze brief ‘misschien bij de kabinetschef was blijven liggen’. Toen ik hem zei dat de brief normaal bij hem had moeten aankomen omdat hij tenslotte verantwoordelijk is voor de gevangeniszaken, deelde de heer Stas mij opgewonden mede dat ik mij niet hoefde te mengen met de zaken van het kabinet. Hij sloot af met de woorden dat hij ‘contact ging opnemen met de directie van het bestuur van de gevangenissen’. Ik had echter ook graag een antwoord gehad op de vraag waar mijn aangetekende brief (met rode antwoordkaart) aan minister Vandeurzen is gebleven. In deze brief die reeds dateert van 30 mei 2008 vroeg ik de minister om ondermeer klaarheid te brengen in de door de Hoge Raad voor de Justitie bevestigde verdwijningen van de ontlastende documenten en van de cd-roms met het te onderzoeken kinderpornomateriaal Zandvoort in het dossier van Marcel Vervloesem. Ik telefoneerde dus opnieuw naar het kabinet Vandeurzen en kreeg de secretaresse van de minister aan de lijn die me mededeelde dat zij zou laten uitzoeken ‘op welke dienst deze brief terecht gekomen was.' Omdat ik niet tevreden was met deze uitleg telefoneerde ik opnieuw naar het kabinet Vandeurzen en wist ik te achterhalen dat een zekere Koen De Busser, de kabinetsmedewerker was die alle binnenkomende brieven ontving en dat deze man ‘om één of andere reden mijn brief niet had kunnen beantwoorden’. Toen ik Koen De Busser zelf aan de lijn kreeg, vroeg ik waar mijn brief van 30.5.2008 aan minister Vandeurzen in verband met de verdwenen documenten en cd-roms van de kinderpornozaak Zandvoort op de gerechtshoven te Antwerpen en Turnhout gebleven was en waarom deze brief waarvan ik alleen het ontvangstbewijs terugkreeg, niet beantwoord werd. Debusser antwoordde daarop met de dooddoeners dat hij ‘zoveel brieven binnenkreeg’ en ‘dat hij iedere dag geen 20 brieven van de Werkgroep Morkhoven kon beantwoorden’. Ik herhaalde hem dat het enkel over mijn aangetekende brief van 30 mei 2008 aan justitieminister Vandeurzen ging en dat ik niet wenste te discussiëren over andere brieven. Anthony Christians zei mij vervolgens dat Koen De Busser de man was die, op het niveau van het kabinet, verantwoordelijk was voor het dossier en verwees mij opnieuw naar De Busser. Toen ik de heer Christians zei dat De Busser mij niet verder wilde helpen in deze zaak, liet deze mij weten dat hij Koen De Busser zou vragen om mijn brief van 30 mei 2008 te beantwoorden.

Er kwam nooit een antwoord op mijn vraag waar de verdwenen documenten uit het strafdossier van Marcel Vervloesem en de cd-roms uit de kinderpornozaak Zandvoort gebleven waren.

Ook justitieminister Stefaan De Clerck (CD&V, christen-democratische partijvriend van Van Deurzen) antwoordde nooit op de gestelde vragen.

Vlak voor Marcel Vervloesem in de gevangenis werd opgesloten, besloot het hof van beroep te Antwerpen om nog snel wat documenten aan zijn strafdossier toe te voegen maar daar bleef het bij. Ik vraag mij af of men wel rekening hield met deze documenten want alle ontlastende stukken werden tijdens het 10 jaar durende media-proces van de journalisten die in dienst van Justitie werken, systematisch weggestoken.


Commentaren

Teduction française:


DE CLERCK, VANDEURZEN, PROBLÈMES AVEC LE COURRIER

ARCHIVES

Bruxelles, 8.9.2008

En tant que président de l'asbl Werkgroep Morkhoven, j'ai téléphoné aujourd'hui autour de midi au cabinet du ministre de la Justice Vandeurzen (CD&V, Chrétien-Démocrates). Le conseiller du cabinet, Mr Stas, qui est chargé des affaires pénitenciaires, m'a dit qu'il 'n'avait pas reçu' la lettre envoyée en recommandée par la Princesse Jacqueline de Crioÿ, et que cette lettre 'avait peut-être été oubliée dans le bureau du directeur du cabinet'. Quand je lui ai fait remarquer que cette lettre aurait normalement arriver chez lui personellement parce que c'était lui après tout qui était chargé du bon foncionnement du systeme pénitencier, Mr Stas m'a fait savoir avec énervement qu'il n'était pas à moi de me mêler aux affaires du cabinet. Il a conclu notre conversation en disant qu'il allait 'contacter la direction générale des prisons'. Tout de même j'aurais encore voulu qu'il me donne une réponse à ma question de savoir où ma lettre envoyée en recommandée (avec en attachée une carte rouge pour sa réponse) au ministre Vandeurzen avait passée. Dans cette lettre, qui date déjà du 30 Mai 2008, j'avais demandé au ministre entre autre de me fournir des explications autour de la disparition du dossier judicier concernant Marcel Vervloesem des pièces à décharge et des CD-Roms avec la matériel pédopornographique qu'il s'agissait d'examiner dans l'affaire Zandvoort, -disparition que le Conseil Supérieur de la Justice a confirmée. J'ai donc retéléphoné au cabinet de Vandeurzen, et cette fois-ci c'était sa sécretairesse que a répondu en me disant qu'elle allait commencé une recherche pour savoir 'à quel service cette lettre avait été livrée'. Comme je trouvais cette réponse insatisfaisante, j'ai téléphoné de nouveau au cabinet de Vandeurzen, et ainsi j'ai réussi à découvrir qu'un certain Koen De Busser, employé du cabinet, était la personne chez qui arrivaient toutes les lettres entrantes et que cet homme 'pour une raison inconnue n'avait pas été en mesure de répondre à ma lettre'. Quand je suis arrivé à avoir Koen de Busser lui-même au téléphone, je lui ai posé la question de savoir ce qu'on avait fait avec ma lettre du 30.5.2008 que j'avais adressée au ministre Vandeurzen, et pourquoi j'avais pas reçu de réponse à cette lettre, mais seulement un accusé de réception. De Busser essayais là dessus de s'en tirer en me répondant 'qu'il recevait tant de lettres', et 'qu'il ne pouvait tout-de-même pas chaque jour répondre à 20 lettres du Werkgroep Morkhoven'. Je lui ai alors répété qu'il s'agissait seulement ici de ma lettre recommandée du 30 mai 2008 au ministre de la Justice Vandeurzen, et que je refusais de discuter au sujet d'autres lettres. Ensuite on me passait Anthony Christians au téléphone qui me disait que Koen De Busser était l'homme qui au niveau du cabinet était celui qui était chargé du dossier, après quoi il me renvoyait de nouveau a De Busser. Quand j'ai protesté en disant que De Busser ne voulait pas m'aider à éclaircir ce problème, il m'a fait savoir qu'il allait personellemnt demander à Koen De Busser de répondre à ma lettre du 30 mai 2008.

Mais je n'ai jamais reçu de réponse à ma question de savoir ce qui s'était passé avec les documents qui avait disparus du dossier pénal de Marcel Vervloesem et avec les CD-Roms de l'affaire Zandvoort.
Ministre Stefaan De Clerck (CD&V, ami polique de VanDeurzen) avait aussi l'habitude de ne jamais répondre aux questions que je lui posais.
La cour d'appèl d Anvers se limitait à ajouter quelques pièces manquantes au dossier de Marcel Vervloesem, juste avant qu'on ne l'enfermait on prison, mais c'était tout. Je me demande donc si on a même daigné tenir compte du contenu de ces documents, puisque tous les autres documents qui plaidaient pour l'innocence de Marcel, ont été systématiquement tenus cachés par les journalistes qui travaillent pour la Justice durant le procès médiatique contre lui auquel ils se sont acharnés sans-trêve pendant 10 ans.

Gepost door: eheu | 13-12-10

Reageren op dit commentaar

De commentaren zijn gesloten.