04-01-11

Kindermisbruik Amsterdam: 'Onderzoek naar internationaal kinderpornonetwerk'

EdwinRotgans.jpg

 

Kindermisbruik Amsterdam: Onderzoek naar internationaal kinderpornonetwerk maar de kinderpornozaak Zandvoort mag niet genoemd worden...


De Nederlandse Justitie gaat, wat niet meer dan normaal is, onderzoeken of Robert M. deel uitmaakte van een internationaal kinderpornonetwerk.
Hopelijk wordt de kinderpornozaak Zandvoort (met bijna 100.000 slachtoffers waaronder verkrachte peuters) daarbij niet vergeten. 
Daarin was namelijk sprake over kindermisbruik in crèches te Amsterdam en de rol die Martijn speelde bij de publicatie en verspreiding van kinderporno.
Deze zaak werd na de (valse) beschuldigingen tegenover Marcel Vervloesem van de vzw Werkgroep Morkhoven die de zaak aan het licht bracht, op een professionele wijze dichtgedekt.
Vervloesem werd door de media, waaronder de Nederlandse pers, gedurende meer dan 10 jaar als een 'zelfverklaarde kinderpornojager' en een 'gestoorde die zélf kinderen misbruikte' afgeschilderd terwijl de kinderpornozaak Zandvoort in de doofpot verdween en de producenten van kinderporno rustig hun gang konden blijven gaan. De kindermisbruiken te Amsterdam waren hiervan het gevolg.
Vervloesem werd gedurende 2 jaar gefolterd in de Belgische gevangenissen maar, wonder bij wonder, wist hij deze hel te overleven.
Enkele maanden geleden werd hij vrijgelaten op voorwaarde dat hij:
- het in 2006 gestelde spreekverbod met de pers naleeft waartoe hij per gerechtelijk vonnis werd veroordeeld
- niet meer rond kindermisbruiken en/of met verenigingen tegen kindermisbruiken, werkt
- geen contact opneemt met zijn vrienden van de vzw Werkgroep Morkhoven die hem wekelijks in de gevangenis gingen opzoeken
- geen contact opneemt met de Vlaamse acteur Jo Reymen (geen lid van de Werkgroep Morkhoven) die hem is blijven ondersteunen.
De gestelde voorwaarden zijn totaal ongrondwettelijk.
Vervloesem heeft nog een spoedprocedure lopen voor het Europees Hof voor de Rechten van de Mens, waar de pers geen woord over zegt.
Op 3 december 2010 kwam Het Nieuwsblad dat in opdracht van Justitie werkt en de roddels over Vervloesem sinds 1998 verspreidt, zelfs met het verhaal af dat Marcel Vervloesem had besloten 'om met de Werkgroep Morkhoven te breken' terwijl hij een algemeen spreekverbod kreeg opgelegd.

---

4 januari 2011
'Internationaal netwerk Robert M.'

AMSTERDAM - Het KLPD gaat na of zedenverdachte Robert M. een rol speelde is een internationaal kinderpornonetwerk. Een team van 20 Nederlandse rechercheurs gaat in het opsporingsonderzoek samenwerken met Interpol, Europol en het NFI.


Robert M.
Dat zei korpschef Ruud Bik dinsdag tijdens een nieuwjaarsbijeenkomst van het KLPD voor de pers.
„We hebben aanwijzingen dat sprake is van een internationaal netwerk”, aldus Bik. Volgens de korpschef onderzoekt een team van twintig man, bestaande uit onder meer rechercheurs, digitaal specialisten en zedenspecialisten de mogelijkheid van een internationaal netwerk dat zich bezighoudt met het produceren en verspreiden van kinderporno. Het onderzoek vindt plaats onder leiding van het landelijk parket van het Openbaar Ministerie (OM).
Het KLPD werkt bij het onderzoek samen met de Nationale Recherche en het Nederlands Forensisch Instituut (NFI), Interpol, Europol en Eurojust. Het onderzoek is een aanvulling op het werk van het Amsterdamse korps, aldus Bik.
Robert M. wordt ervan verdacht tientallen kinderen te hebben misbruikt. De uit Letland afkomstige man kwam met de kinderen in contact op de Amsterdamse crèches waar hij werkte en als kinderoppas.
http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1

Marcel Vervloesem die een spreekverbod met de pers, met de vrienden van zijn vereniging en met de verenigingen die kindermisbruiken bestrijden, kreeg opgelegd: http://www.facebook.com/pr ofile.php?id=1000018324320 30#!/profile.php?id=100001 832432030&sk=wall


zandvoort_warmerdam_NL_4.gif

 

 

Commentaren

Traduction française de l'article:
======================

L'AFFAIRE PÉDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM : Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé finalement le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
- ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

--------------
4 janvier 2011

"réseau international autour de Robert M."
AMSTERDAM

Le département de la police nationale hollandaise vérifie s'il y a question d'un réseau international de pédopornographie dont Rober M. ferait partie. Une équipe de vingt policiers va collaborer dans l'enquete de recherche avec Interpol, Europol et l'Institut d' expertise légale des Pay-Bas.

ROBERT M.
C'est ce qu'a déclaré Ruud Bik lors d'une conference de presse organisé ce mardi dans le cadre du commencement de la nouvelle année. 'Nous disponsons d'indices qu'on pourrait avoir affaire à un réseau international' , a déclaré Bik au cours de la conférence. Selon lui une cellule de vingt policiers, composée de membres de la police judiciaire, de spécialistes en informatique et de spécialistes en affaires de moeurs, est en train d'examiner si on a affaire ici à un réseau international qui s'occupe de la production et diffusion de pornographie enfantine. L'enquête est effectuée sous l'égide du Parquet National du Ministère Publique hollandais (OM). Le département de la police nationale hollandaise collabore pour cette enquête avec la Recherche Nationale, avec le NFI ( l'Institut des expertises légales) , avec Interpol, Europol et Eurojust. L'enquête constitue un complément du travail qui est en train d'être exécuté par la police d'Amsterdam, précise Bik.
Robert M. est soupçonné d'avoir abusé de dizaines d'enfants. L'homme originaire de la Lettonie était rentré en contact avec les enfants via les creches à Amsterdam où il travaillait et à travers son travail comme baby-sitter.

http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Gepost door: eheu | 06-01-11

Reageren op dit commentaar

Traduction française de l'article (j'avais déjà essayé de la placer il y une heure, cela n'a pas marché apparemment).
================================================================================

L'AFFAIRE PÉDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM: Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé finalement le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
- ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays dans ses publications et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

--------------
4 janvier 2011

"réseau international autour de Robert M."
AMSTERDAM

Le département de la police nationale hollandaise vérifie s'il y a question d'un réseau international de pédopornographie dont Rober M. ferait partie. Une équipe de vingt policiers va collaborer dans l'enquete de recherche avec Interpol, Europol et l'Institut d' expertise légale des Pay-Bas.

ROBERT M.
C'est ce qu'a déclaré Ruud Bik lors d'une conference de presse organisé ce mardi dans le cadre du commencement de la nouvelle année. 'Nous disponsons d'indices qu'on pourrait avoir affaire à un réseau international' , a déclaré Bik au cours de la conférence. Selon lui une cellule de vingt policiers, composée de membres de la police judiciaire, de spécialistes en informatique et de spécialistes en affaires de moeurs, est en train d'examiner si on a affaire ici à un réseau international qui s'occupe de la production et diffusion de pornographie enfantine. L'enquête est effectuée sous l'égide du Parquet National du Ministère Publique hollandais (OM). Le département de la police nationale hollandaise collabore pour cette enquête avec la Recherche Nationale, avec le NFI ( l'Institut des expertises légales) , avec Interpol, Europol et Eurojust. L'enquête constitue un complément du travail qui est en train d'être exécuté par la police d'Amsterdam, précise Bik.
Robert M. est soupçonné d'avoir abusé de dizaines d'enfants. L'homme originaire de la Lettonie était rentré en contact avec les enfants via les creches à Amsterdam où il travaillait et à travers son travail comme baby-sitter.

http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1

Gepost door: eheu | 06-01-11

Reageren op dit commentaar

Traduction française de l'article:
======================
L'AFFAIRE PÉDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM : Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé finalement le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
- ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays dans ses publications et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

--------------
4 janvier 2011

"réseau international autour de Robert M."
AMSTERDAM

Le département de la police nationale hollandaise vérifie s'il y a question d'un réseau international de pédopornographie dont Rober M. ferait partie. Une équipe de vingt policiers va collaborer dans l'enquete de recherche avec Interpol, Europol et l'Institut d' expertise légale des Pay-Bas.

ROBERT M.
C'est ce qu'a déclaré Ruud Bik lors d'une conference de presse organisé ce mardi dans le cadre du commencement de la nouvelle année. 'Nous disponsons d'indices qu'on pourrait avoir affaire à un réseau international' , a déclaré Bik au cours de la conférence. Selon lui une cellule de vingt policiers, composée de membres de la police judiciaire, de spécialistes en informatique et de spécialistes en affaires de moeurs, est en train d'examiner si on a affaire ici à un réseau international qui s'occupe de la production et diffusion de pornographie enfantine. L'enquête est effectuée sous l'égide du Parquet National du Ministère Publique hollandais (OM). Le département de la police nationale hollandaise collabore pour cette enquête avec la Recherche Nationale, avec le NFI ( l'Institut des expertises légales) , avec Interpol, Europol et Eurojust. L'enquête constitue un complément du travail qui est en train d'être exécuté par la police d'Amsterdam, précise Bik.
Robert M. est soupçonné d'avoir abusé de dizaines d'enfants. L'homme originaire de la Lettonie était rentré en contact avec les enfants via les creches à Amsterdam où il travaillait et à travers son travail comme baby-sitter.

http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1

Gepost door: eheu | 06-01-11

Reageren op dit commentaar

Quatrieme essay de poster cette traduction française de l'atricle ci-dessus.
====================================================
L'AFFAIRE PEDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM: Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé finalement le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
- ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays dans ses publications et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

--------------
4 janvier 2011

"réseau international autour de Robert M."
AMSTERDAM

Le département de la police nationale hollandaise vérifie s'il y a question d'un réseau international de pédopornographie dont Rober M. ferait partie. Une équipe de vingt policiers va collaborer dans l'enquete de recherche avec Interpol, Europol et l'Institut d' expertise légale des Pay-Bas.

ROBERT M.
C'est ce qu'a déclaré Ruud Bik lors d'une conference de presse organisé ce mardi dans le cadre du commencement de la nouvelle année. 'Nous disponsons d'indices qu'on pourrait avoir affaire à un réseau international' , a déclaré Bik au cours de la conférence. Selon lui une cellule de vingt policiers, composée de membres de la police judiciaire, de spécialistes en informatique et de spécialistes en affaires de moeurs, est en train d'examiner si on a affaire ici à un réseau international qui s'occupe de la production et diffusion de pornographie enfantine. L'enquête est effectuée sous l'égide du Parquet National du Ministère Publique hollandais (OM). Le département de la police nationale hollandaise collabore pour cette enquête avec la Recherche Nationale, avec le NFI ( l'Institut des expertises légales) , avec Interpol, Europol et Eurojust. L'enquête constitue un complément du travail qui est en train d'être exécuté par la police d'Amsterdam, précise Bik.
Robert M. est soupçonné d'avoir abusé de dizaines d'enfants. L'homme originaire de la Lettonie était rentré en contact avec les enfants via les creches à Amsterdam où il travaillait et à travers son travail comme baby-sitter.

http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1

Gepost door: eheu | 06-01-11

Reageren op dit commentaar

La cinqueme fois que j'essaie de placer cette traduction française de l'article ci-dessus...
----------------------------------------------------------------------------------------------------
L'AFFAIRE PEDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM: Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé finalement le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
- ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays dans ses publications et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

--------------
4 janvier 2011

"réseau international autour de Robert M."
AMSTERDAM

Le département de la police nationale hollandaise vérifie s'il y a question d'un réseau international de pédopornographie dont Rober M. ferait partie. Une équipe de vingt policiers va collaborer dans l'enquete de recherche avec Interpol, Europol et l'Institut d' expertise légale des Pay-Bas.

ROBERT M.
C'est ce qu'a déclaré Ruud Bik lors d'une conference de presse organisé ce mardi dans le cadre du commencement de la nouvelle année. 'Nous disponsons d'indices qu'on pourrait avoir affaire à un réseau international' , a déclaré Bik au cours de la conférence. Selon lui une cellule de vingt policiers, composée de membres de la police judiciaire, de spécialistes en informatique et de spécialistes en affaires de moeurs, est en train d'examiner si on a affaire ici à un réseau international qui s'occupe de la production et diffusion de pornographie enfantine. L'enquête est effectuée sous l'égide du Parquet National du Ministère Publique hollandais (OM). Le département de la police nationale hollandaise collabore pour cette enquête avec la Recherche Nationale, avec le NFI ( l'Institut des expertises légales) , avec Interpol, Europol et Eurojust. L'enquête constitue un complément du travail qui est en train d'être exécuté par la police d'Amsterdam, précise Bik.
Robert M. est soupçonné d'avoir abusé de dizaines d'enfants. L'homme originaire de la Lettonie était rentré en contact avec les enfants via les creches à Amsterdam où il travaillait et à travers son travail comme baby-sitter.

http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1

Gepost door: eheu | 06-01-11

Reageren op dit commentaar

Traduction française de l'article
----------------------------------------------------------------------------------------------------
L'AFFAIRE PEDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM: Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé finalement le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
- ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays dans ses publications et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

--------------
4 janvier 2011

"réseau international autour de Robert M."
AMSTERDAM

Le département de la police nationale hollandaise vérifie s'il y a question d'un réseau international de pédopornographie dont Rober M. ferait partie. Une équipe de vingt policiers va collaborer dans l'enquete de recherche avec Interpol, Europol et l'Institut d' expertise légale des Pay-Bas.

ROBERT M.
C'est ce qu'a déclaré Ruud Bik lors d'une conference de presse organisé ce mardi dans le cadre du commencement de la nouvelle année. 'Nous disponsons d'indices qu'on pourrait avoir affaire à un réseau international' , a déclaré Bik au cours de la conférence. Selon lui une cellule de vingt policiers, composée de membres de la police judiciaire, de spécialistes en informatique et de spécialistes en affaires de moeurs, est en train d'examiner si on a affaire ici à un réseau international qui s'occupe de la production et diffusion de pornographie enfantine. L'enquête est effectuée sous l'égide du Parquet National du Ministère Publique hollandais (OM). Le département de la police nationale hollandaise collabore pour cette enquête avec la Recherche Nationale, avec le NFI ( l'Institut des expertises légales) , avec Interpol, Europol et Eurojust. L'enquête constitue un complément du travail qui est en train d'être exécuté par la police d'Amsterdam, précise Bik.
Robert M. est soupçonné d'avoir abusé de dizaines d'enfants. L'homme originaire de la Lettonie était rentré en contact avec les enfants via les creches à Amsterdam où il travaillait et à travers son travail comme baby-sitter.

http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1

Gepost door: eheu | 06-01-11

Reageren op dit commentaar

Traduction française de l'article:
======================
L'AFFAIRE PEDOCRIMINELLE D'AMSTERDAM: Enquête sur un éventuel réseau pédopornographique international, mais mentionner l'affaire Zandvoort reste tabou.

La Justice néerlandaise va- ce qui n'est que chose normale- enquêter pour savoir si Robert M. faisait partie d'un réseau international de producteurs de pédopornographie. On ne peut qu'espérer que l'on n'oubliera pas d'inclure l'affaire pédopornographique de Zandvoort (où il y avait eu près de 100.000 victimes-rappelons le- dont bon nombre étaient des tout petits enfants) dans cette enquête,
Dans cette affaire-là il était en effet déjà question d'abus sexuel d'enfants dans des creches d'Amsterdam et du rôle de l'association de pédophiles Martijn dans la publication et diffusion d'images pédopornographiques.
Mais cette affaire fut ingénieusement étouffé, après que Marcel Vervloesem de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui avait mis l'affaire au jour, avait été faussement accusé. Les médias, y compris ceux des Pays-Bas, se sont acharnés pendant plus de 10 ans à dépeindre Vervloesem comme un 'chasseur de pédopornographie auto-'déclaré' et un 'déséquilibré qui abusait lui-même des enfants'. tandis qu'on éttouffait soigneusement l'affaire pédopornographique de Zandvoort et qu'on laissait faire tranquillement les producteurs de pédopornographie impliqués dans cette affaire-là. C'est bien cet étouffement qui a causé finalement le scandale récent des abus sexuel d'enfants dans les crèches d'Amsterdam.
Vervloesem lui a été torturé pendant deux ans dans des prisons belges, mais il a miraculeusement survécu à cet enfer.
Il y a quelque mois il a été remis en liberté, sous condition qu'il:
- respecte l'interdiction de contacter la presse à la quelle il fut condamné par la cour de justice en 2006.
- ne s'occupe plus d'affaires pédocriminelles et ne participe plus aux activités des organisations qui lutte contre les abus d'enfants
- ne prenne aucun contact aves ses amis de l'asbl Werkgroep Morkhoven, qui lui ont rendu visite fidèlement chaque semaine pendant sa détention en prison.
- ne prenne aucun contact avec l'acteur flamand Jo Reymen (qui n'est pas membre du Werkgroep Morkhoven), qui n'a jamais cessé de le soutenir.
Ces conditions qu'on lui a imposées sont totalement anti-constitutionelles.
Vervloesem a en ce moment toujours une procédure d'urgence en cours devant la Cour des Droits de L'Homme à Strassbourg. Ce proces est completement ignoré par la presse.
Le 3 décembre 2010 le journal Het Nieuwsblad, qui se laisse totalement guider par la Justice de ce pays dans ses publications et qui a ainsi docilement répété toutes les médisances qu'on a concoctées sur Vervloesem depuis 1998, est même allé jusqu`à publier le canard que Marcel Vervloesem aurait décidé de 'rompre avec le Werkgroep Morkhoven', tandis que la vérité est qu'au contraire c'est la Justice qui lui a imposé une interdiction totale de communiquer avec ses collègues, ses amis et avec la presse.

--------------
4 janvier 2011

"réseau international autour de Robert M."
AMSTERDAM

Le département de la police nationale hollandaise vérifie s'il y a question d'un réseau international de pédopornographie dont Rober M. ferait partie. Une équipe de vingt policiers va collaborer dans l'enquete de recherche avec Interpol, Europol et l'Institut d' expertise légale des Pay-Bas.

ROBERT M.
C'est ce qu'a déclaré Ruud Bik lors d'une conference de presse organisé ce mardi dans le cadre du commencement de la nouvelle année. 'Nous disponsons d'indices qu'on pourrait avoir affaire à un réseau international' , a déclaré Bik au cours de la conférence. Selon lui une cellule de vingt policiers, composée de membres de la police judiciaire, de spécialistes en informatique et de spécialistes en affaires de moeurs, est en train d'examiner si on a affaire ici à un réseau international qui s'occupe de la production et diffusion de pornographie enfantine. L'enquête est effectuée sous l'égide du Parquet National du Ministère Publique hollandais (OM). Le département de la police nationale hollandaise collabore pour cette enquête avec la Recherche Nationale, avec le NFI ( l'Institut des expertises légales) , avec Interpol, Europol et Eurojust. L'enquête constitue un complément du travail qui est en train d'être exécuté par la police d'Amsterdam, précise Bik.
Robert M. est soupçonné d'avoir abusé de dizaines d'enfants. L'homme originaire de la Lettonie était rentré en contact avec les enfants via les creches à Amsterdam où il travaillait et à travers son travail comme baby-sitter.

http://www.telegraaf.nl/binnenland/8644166/___Internationaal_netwerk_Robert_M.___.html?p=4%2C1

Gepost door: eheu | 06-01-11

Reageren op dit commentaar

Vandaag op Facebook
http://www.facebook.com/video/video.php?v=487889868772

@ Jan Vanhaelen
Ik denk niet dat je mij en Marcel samen op de Zwarte mars in Hasselt zal weervinden. Justitie heeft Marcel immers, naast een spreekverbod met de pers, ook een verbod opgelegd om mij of Prinses J. de Croÿ te zien, te spreken, te telefoneren, te schrijven of te mailen. En zelfs op het Internet kan ik hem niet aanspreken. Het is op die manier dat Justitie onze jarenlange vriendschap wil breken en de kinderpornozaak Zandvoort verder in de doofpot wil steken.
Men heeft zelfs gedreigd van hem opnieuw op te sluiten indien hij dat verbod overtreedt.
En van Marcel's gezondheid die definitief gebroken is door zijn opsluiting en zijn mishandeling in de gevangenis, wenst men zich niets aan te trekken. Marcel's hartfunctie is met 30% verminderd; hij is nog zwaarder suikerziek dan voor zijn opsluiting; hij heeft er een zware nierziekte bijgekregen en het is niet gezegd of de kanker waarvoor hij geöpereerd werd voorgoed verdwenen is.

Jan Boeykens, Voorzitter vzw Werkgroep Morkhoven

Gepost door: Morkhoven | 09-01-11

Reageren op dit commentaar

Een verhaal over Marcel Vervloesem of kinderpornozaak Zandvoort mag nergens aandacht krijgen. Er wordt een leugen verteld, flink wat gerommeld en voila, zaak onder het tapijt. TV uitzendingen zijn er alleen in Belgié, Duitsland en Frankrijk geweest. In Nederland zijn TV uitzendingen tegengehouden.
@Mokhoven, als ik uw verhaal lees dan is onmogelijk maken van communicatie nog steeds het speerpunt.

Men is bezig een internet filter er door te drukken in Nederland. In België is er iets vergelijkbaars. Het enige doel is websites op zwart kunnen zetten. In Nederland heft de minister van justitie een keer gezegd dat het eens afgelopen moet zijn met die lastige sites. Sites over hem en het nooit onderzochte kindermisbruik van de hoogste man van justitie secretaris generaal Joris Demmink moeten uit de lucht worden gehaald en bezoekers geregistreerd worden. Kinderporno wordt er echt niet opgespoord met filters, omdat men dat niet serieus wil opsporen. Vier aangiftes over kindermisbruik tegen Joris Demmink, en hij heeft zelf toegegeven sex met minderjarige jingens te hebben worden niet onderzocht. Binnenkort worden wij in de gaten gehouden en sites als deze "op zwart gezet". Past u op dat het laatste effectieve communicatiekanaal niet verdwijnt.

https://www.bof.nl/blog/
https://www.bof.nl/2011/04/12/kiezen-we-eindelijk-voor-verwijderen-in-plaats-van-verbergen/

Gepost door: Anonymous | 20-04-11

Reageren op dit commentaar

De commentaren zijn gesloten.