27-02-11

Problemen met Geelse Huisvesting leiden tot zelfmoordpoging (1)

Herentals.jpg

Sommige katholieken zijn woedend omdat de pers ons heeft doen geloven dat kindermisbruiken en andere sexuele misbruiken vooral en bijna uitsluitend binnen de Kerk voorkwamen.

Het is misschien goed dat die beerput binnen de Kerk geopend werd. Maar de pers vergeet erbij te melden dat zij de kinderpornozaak Zandvoort door middel van een jarenlange campagne (al dan niet in opdracht van…) mee heeft doodgezwegen en dat dit ten koste is gegaan van vele mensenlevens.

En met ‘mensenlevens’ bedoel ik niet alleen Marcel Vervloesem van de vzw Werkgroep Morkhoven en Gina Bernaer-Pardaens die op zoek was naar de verdwenen Manuel Schadwald en die- na eindeloze problemen met haar telefoon en een reeks doodsbedreigingen – omkwam tijdens een nachtelijk ‘ongeval’.

Enkele uren voor haar dood heb ik Gina nog gesproken maar er was zoveel geluid op de telefoonlijn dat we ons gesprek moesten afbreken.

Tijdens de acties van de vzw Werkgoep Morkhoven werd de telefoonverbinding op eenzelfde manier verstoord.

Ik probeerde Gina nog een brief van justitieminister De Clerck door te zenden (die toen ook al justitieminister was) waarin hij mij antwoordde op mijn vraag inzake de talrijke problemen die wij met telefoon en briefwisseling ondervonden, maar dat ging niet. De faxlijn bleek geblokkeerd te zijn.

Toen ik de brief naar Marcel Vervloesem van onze vereniging faxte, was er echter geen enkel probleem. Enkele uren nadien was Gina overleden. Dat gebeurde toen zij in een zekere paniek naar haar vriendin was gereden. Ook haar computer was immers volledig geblokkeerd.

Ik heb nog een afscheidsbrief van Gina liggen. Die schreef ze kort voor haar dood.

Een dikke maand voor haar dood werd Gina in opdracht van een bepaalde procureur-generaal verhoord in verband met de verdwijning van Manuel Schadwald. Na een verhoor van 3 uur lang zei Gina dat ze het verhoor ‘zeer agressief en intimiderend’ vond.

De ouders van de verdwenen Manuel Schadwald werden destijds door justitieminister De Clerck op zijn kabinet ontvangen. De Clerck had toen in een interview met een nederlandse krant enkele lovende woorden over de onderzoeken van de vzw Werkgroep Morkhoven alhoewel hij de gewoonte had om in antwoord op de vragen die hem in het parlement gesteld werden, de vzw Werkgroep Morkhoven af te breken.

Gisterennacht wilde een vrouw uit Noorderwijk (Morkhoven, Herentals) die met haar gezin en 80-jarige zieke moeder door de Geelse Bouwmaatschappij op straat wordt gezet, zelfmoord plegen.  Zij werkte destijds voor de vzw Werkgroep Morkhoven en is goed bevriend met Marcel Vervloesem (onthuller van de kinderpornozaak Zandvoort) die ook woonachtig was in deze wijk.

De uit-huis-zetting volgde op een jarenlange campagne van enkele buren die blijkbaar op de steun van de wijkagent mochten rekenen. Tijdens deze campagne werd er een petitie tegen de vrouw en haar gezin opgestart waarbij zij van ‘geluidsoverlast’ werd beschuldigd zonder dat dit door de politie werd vastgesteld en er een PV van werd opgemaakt.

Marcel Vervloesem werd een jaar geleden door de Geelse Bouwmaatschappij ook uit zijn sociale woning (in dezelfde wijk) gezet.  Ook hij was het slachtoffer van een lastercampagne van enkele mensen uit de wijk die een petitie hadden opgestart waarin zijn uit-huis-zetting en de verwijdering van de vzw Werkgroep Morkhoven van het Internet werd geëist.

De petitie tegen Marcel Vervloesem die door een bende van tien man werd getekend, werd zelfs binnen de Herentalse gemeenteraad besproken op verzoek van een Herentals CD&V-gemeenteraadslid, wonende in Noorderwijk (Morkhoven).

De Herentalse burgemeester Jan Peeters (Sp.a) zei dat het ‘goed zou zijn voor het imago voor Herentals en omstreken’ dat Marcel Vervloesem een woonverbod zou krijgen in Morkhoven. Hij zei dat nog voor dat Marcel Vervloesem door het Hof van Beroep te Antwerpen veroordeeld werd.

Afbeelding: De Stad Herentals verspreidt momenteel een Vragenlijst communicatiebeleid stadsbestuur | Herentals .  Is de vragenlijst enkel voor het propere ‘imago’ van de Stad Herentals bedoeld ?

Commentaren

Traduction française de l'article:

=====================
LES PROBLEMES AVEC LE BUREAU DE LOGEMENT A GEEL CONDUISENT A UNE TENTATIVE DE SUICIDE (1)

Certains catholiques sont furieux parce que la presse nous fait croire que l'abus sexuel ést quelque chose qu'on trouve surtout à l'intérieur de l'Eglise et presque pas ailleur.

Le fait d'ouvrir le bourbier que forment les abus sexuel à l'intérieur de l'Eglise n'est pas une mauvaise chose, selon nous, mais la presse oubie convenablement de mentionner qu'elle a elle-même tout fait pour aider à étouffer l'affaire pédocriminelle de Zandvoort en menant pendant des années une campagne de désinformation (que ce soit sur l'ordre d'autres ou pas, peu importe), et que cela a détruit la vie d'énormement de gens.

Marcel Vervloesem de l'asbl Morkhoven et Gina Bernaer-Pardaens ne sont pas les seuls victimes de cet état des choses. Gina Bernaerd-Pardaens appartenait au Werkgroep Morkhoven et s'occupait avec nous de la recherche du garçon allemand disparu Manuel Schadwald. Après avoir connu d'interminables problèmes avec le fonctionnement de sa ligne téléphonique et après qu'elle eût reçu toute une série de menaces de mort, elle mourut dans un 'accident' de voiture, la nuit.

Quelques heures avant sa mort j'avais encore parlé avec elle, mais il y avait tellement de friture sur la ligne téléphonique que nous étions forcés d'interrompre notre conversation.

Pendant les diverses actions du Werkgroep Morkhoven. nos téléphones étaient toujours brouillés exactement de la même façon qu'il arriva cette nuit-là de la mort de Gina Pardaens.

J'avais encore essayé de faire parvenir à Gina Pardeans une lettre de la part du ministre de la Justice De Clerck (à cette époque il occupait le même post qu'aujourd'hui) dans laquelle il répondait à ma question sur les nombreux problèmes que nous expériencions avec le téléphone et avec la poste, mais cela échouait comme la connection par faxe était interrompue.

Lorsque j'envoyais à peu près au même moment ce faxe à Marcel Vervloesem, je n'eus aucun problème avec la connection. Quelques heures plus tard, Gina était morte. Après qu'elle se fût apperçu du fait que son ordinateur était également bloqué, elle avait dans une certaine panique pris la voiture pour se rendre chez une amie. L'accident mortel se produisît pendant ce trajet.

J'ai encore chez moi une lettre d'adieu de Gina. Elle l'avait écrite peu avant sa mort.

Un peu plus d'un mois avant sa mort, Gina fût interrogée sur la commande d'un certain procureur-général au sujet de choses qui avaient rapport avec la disparition de Manuel Schadwald. Après trois heures d'interrogatoire, Gina me fît savoir qu'elle avait été traitée d'une façon 'très aggressive et intimidante'.

Les parents de Manuel Schadwald furent dans la même période invités au bureau du ministre de la Justice de Clerck. Après, le ministre prononça quelques paroles flatteuses à propos des enquêtes menées par le asbl Werkgroep Morkhoven, bien qu'il avait la coûtume de critiquer durement l'asbl Werkgroep Morkhoven quand on lui posait des questions sur elle au Parlement.

Hier dans la nuit, une femme habitant Noorderwijk (commune de Morkhoven, Herentals) a essayé de se suicider. Elle devait être expulsée de sa maison avec sa famille et sa mère malade de 80 ans par la Geelse Bouwmaatschappij. Dans le passé elle a travaillé pour l'asbl Werkgroep Morkhoven, et elle est une amie de Marcel Vervloesem (le révélateur de l'affaire pédocriminelle de Zandvoort), qui a habité le même quartier.

Cette expulsion est le résultat d'une longue campagne menée contre elle par quelques uns de ces voisins qui apparemment avaient la chance de pouvoir compter sur le soutien d'un policier du quartier. Dans le cadre de cette campagne contre cette dame et sa famille, on avait dressé une pétition contre eux dans laquelle on les accusait de 'tâpage nocturne' sans que la police n'ait jamais pu constater le bien fondée de cette accusation, du moins il n'en existe aucun PV.

Il y a un an, Marcel Vervloesem était une autre victime d'expulsion par la société Geelse Bouwmaatschappij qui le forçât à quitter son logement social dans le même quartier. Lui aussi était devenu la victime d'une campagne pour le salir de la part de quelques personnes de son quartier qui avaient organisé une pétition contre lui où on demandait sont expulsion ainsi que le banissement de l'asbl Werkgroep Morkhoven du Web.

Cette pétition contre Marcel était signée par une bande d'une dizaine de gens et le conseil municipal de Herentals en a même débattu sur demande d'un membre chrétien-démocrat de ce conseil, un homme qui habite Noorderwijk (commune de Morkhoven).

Le maire Sp.a de Herentals, Jan Peeters, a dit que ce serait une bonne chose pour l'image de la ville et des communes dépendantes si on interdisait désormais Marcel Vevloesem de choisir son domicile à Morkhoven. Il énoncait ces propos avant même que Marcel Vervloesem ne fût condamné par la Cour d'Appel d'Anvers.

A propos de l'illustration: la ville de Herentals distribue en ce moment un questionnaire sur la politique de communication pratiquée par l'administration de la ville. On se demande si ce questionnaire n'a que pour seul but peut-être de promouvoir la belle 'image' de la ville.

Gepost door: eheu | 28-02-11

Reageren op dit commentaar

De commentaren zijn gesloten.